[Total : 14    Moyenne : 2.8/5]

Des chercheurs de l’Université de Washington ont trouvé dans la médecine traditionnelle chinoise un composé qui est 1200 fois plus précise à tuer certains types de cellules cancéreuses que les médicaments actuellement disponibles, annonçant la possibilité de médicament de chimiothérapie plus efficace avec des effets secondaires minimum.

Le nouveau complexe offre une nouvelle torsion sur le anti-cancer commun à travers l’artémisinine bio, extraite de l’armoise annuelle (Artemisia annua L).

armoise a été utilisé en médecine chinoise depuis au moins 2000 ans et mangé dans les salades dans certains pays asiatiques.

Ils ont trouvé une substance chimique, l’artémisinine bio représentant le dispositif de prise d’origine qui pointe à un médicament sélectif qui attaque les cellules cancéreuses, en épargnant les cellules saines.

L'artémisinine, extraite de l'armoise annuelle et le cancer

L’artémisinine bio, extraite de l’armoise annuelle et le cancer

Le composé est comme un agent spécial qui agit comme si une bombe a été placée à l’intérieur de la cellule, a déclaré Tomikazu Sasaki, professeur de chimie à l’UW et auteur principal de l’étude.

Dans l’étude, les chercheurs ont testé leur UW composé à base d’artémisinine bio sur les cellules leucémiques humaines et est très sélectif pour tuer les cellules cancéreuses.

Les chercheurs ont également des résultats préliminaires montrent que le composé est également sélectif et efficace pour les cas humains de cellules de cancer du sein et le cancer de la prostate aussi efficacement et en toute sécurité tue le cancer du sein chez les animaux de laboratoire, ladite Sasaki .

Acheter de l'armoise annuelle sur la boutique en ligne www.biologiquement.com

Acheter de l’armoise annuelle sur la boutique en ligne www.biologiquement.com

Le composé est un diplômé de l’Université de Washington à Artemisia Biomedical Inc., une société Lai, Sasaki et Narendra Singh, UW professeur agrégé de génie biologique, fondée en Newcastle, Washington pour le développement et la commercialisation, mais des essais humains ils exigent au moins plusieurs années.

L’artémisinine bio est facilement disponible, Sasaki a dit, et espère que ses composés peuvent être fabriqués à faible coût pour aider les patients atteints de cancer dans les pays en développement.


[Total : 10    Moyenne : 2.9/5]

Les botanistes l’appellent l’artemisia vulgaris, un nom qui vient de la déesse Artemis, mais on l’appelle plus couramment l’armoise ou encore l’herbe aux cents goûts, l’armoise citronnelle, l’herbe de feu et encore bien d’autres surnoms régionaux.

Histoire et origines de l’armoise

Les armoises sont une grande famille de plantes, qui compte quelques armoises très connues, comme l’armoise commune, mais aussi l’estragon ( Artemisia dracunculus), le génépi (Artemisia genipi), et aussi l’absinthe ( Artemisia absinthium ), des plantes toutes reconnues pour leurs vertus médicales.

L’armoise commune se trouve un peu partout, sous tous les climats tempérés, et on trouve très facilement en France. C’est une plante qui peut mesurer jusqu’à deux mètres, avec une odeur très forte pas toujours agréable.

De tous temps il semble que l’armoise bio ait été reconnue pour ses bienfaits, Artémis d’ailleurs qui lui a donné son nom, était une déesse qui aidait les femmes pour leurs cycles menstruels et leurs accouchements. L’armoise bio fut très longtemps considérée comme une plante idéale pour soigner les maux féminins.

On en trouve donc trace en Grèce antique et Pline et Hippocrate y font référence, mais on en trouve traces aussi de l’autre coté de la méditerranée, en Égypte, ou encore en Chine, et partout elle était louée pour ses vertus.

Gewöhnlicher oder Gemeiner Beifuss (Artemisia vulgaris), freigestellt vor weißem Hintergrund

Gewöhnlicher oder Gemeiner Beifuss (Artemisia vulgaris), freigestellt vor weißem Hintergrund

Bien souvent on lui a associée quelques vertus magiques, une plante qui pouvait protéger les humains et aussi les hommes de l’impuissance, ou encore à la Saint Jean, puisque après l’avoir porté comme couronne on jetait ensuite l’armoise bio dans le feu pour s’assurer une protection contre la maladie. Une tradition qui lui donna d’ailleurs le surnom, d’herbe de feu.

La composition de l’armoise bio

L’armoise bio contient de nombreux composants dont l’artémisinine qui est la base de tous les médicaments pour lutter contre le palludisme, et qui serait efficace pour le traitement de certains cancers dont celui du sein.

L’armoise bio contient également des oligo-éléments :
– Magnésium
– Phosphore
– Potassium
– Chlore
– Cuivre
– Calcium
– etc…

Des acides sesquiterpéniques, des lactones sesquiterpéniques (artémisine, vulgarine), des tanins, des huiles essentielles (camphre, thuyone,…), des tripertènes, des flavonolglycosides, des polyines, des coumarines,…

Les bienfaits et propriétés médicinales de l’armoise bio

Il est prêté de nombreux bienfaits à cette plante et les usages que l’on peut en faire sont donc assez nombreux, on retiendra néanmoins ses vertus digestives et ses bienfaits auprès de la gente féminine.

Traite les problèmes du syndrome prémenstruel, règles douloureuses et règles abondantes.

Soulage la maladie de Crohn : une étude réalisée auprès de patients a qui l’on a donné de l’armoise bio ont vu une amélioration de leur qualité de vie.

Excellent vermifuge : l’armoise bio est excellente pour se débarrasser des vers intestinaux en tous genres.

Aide pour l’anémie : l’armoise bio favorise la sécrétion de sucs gastriques et stimule ainsi l’appétit.

Aide à la digestion : son goût amer va favoriser la sécrétion de bile par la vésicule biliaire facilitant ainsi la digestion.

Aide pour les troubles hépatiques : elle est notamment efficace dans le traitement de la jaunisse.

Aide pour les troubles intestinaux : elle a des propriétés antispasmodiques qui peuvent aider dans de nombreux problèmes, diarrhées, coliques, douleurs intestinales…

Stimule la circulation : elle aide à traiter les varices.

Soulage la douleur : en application topique elle soulage les maux de ventre et les douleurs musculaires.

Un anti-inflammatoire : utile dans le traitement de l’arthrite, et des problèmes d’articulations.

Elle est aussi conseillée pour les insomnies, l’anorexie, et pour détoxifier le corps et les affections des voies respiratoires.

L’armoise bio comment l’utiliser et posologie

Feuilles séchées, poudre, gélules, onguents, huile essentielle et teinture, on trouve l’armoise bio sous pratiquement toutes les formes et on l’utilisera donc en infusion, en application topique ou par ingestion.

Comme toujours nous conseillons de voir avec votre médecin traitant pour la posologie qui vous est adaptée, un simple appel est toujours plus sûr qu’une posologie indiquée au dos d’un produit.

Il peut y a voir quelques effets secondaires notamment des éruptions cutanées ou des diarrhées, et dans de rares cas on a constaté des convulsions, des troubles du sommeil, cauchemar…enfin la prise d’armoise bio peut aggraver les symptômes d’une maladie sanguine que l’on nomme porphyrie.

Ses effets sur le système hépatique et ses effets diurétiques font que l’armoise bio est déconseillée aux personnes ayant des problèmes rénaux, ou des problèmes hépatiques.

Enfin les femmes enceintes, les jeunes enfants, et surtout les femmes qui allaitent devront s’abstenir de prendre de l’armoise bio.


[Total : 4    Moyenne : 3.3/5]

L’Artemisia annua est une plante aromatique qui a été utilisée par la médecine chinoise en tant que puissant remède du paludisme, maladie qui, en dépit des statistiques officielles, reste la plus ravageuse de la planète.

L’artémisine est le principe actif de cette plante. On vient de se rendre compte de sa stupéfiante efficacité contre le cancer du poumon et du sein. À condition d’y ajouter du fer.

La Revue des Sciences de la Vie (USA) a présenté une vaste étude de l’Université de Washington, menée par les Drs Narenda Singh et Henry Lai sur l’artémisine. Elle a découvert au départ que l’artémisine bio pouvait détruire rapidement près de 30% des cellules cancéreuses du poumon. Mais en la combinant avec du fer, elle éradique jusqu’à 98% des cellules cancéreuses, en seulement 16 heures !

En plus, la consommation de cette plante n’a aucun impact sur les cellules pulmonaires saines en raison du fer qui se joint sélectivement au tissu cancérisé, ceci favorisant l’attaque ciblée de l’artémisine bio.

Le rapport précise que selon les résultats, « l’artémisine bio arrête le facteur de transcription « E2F1 » et intervient dans la destruction des cellules cancéreuses du poumon, ce qui signifie qu’elle présente un moyen de transcription selon lequel l’artémisine bio contrôle la croissance des cellules cancéreuses ».

Une autre étude a été menée sur des échantillons de tumeurs mammaires cancéreuses in vitro. Vu que ces cellules ont aussi une forte propension à accumuler le fer, il a aussi été associé du fer à l’artémisine bio. Il a ainsi été obtenu un taux de 75 % de destruction du cancer après seulement 8 heures et presque 100% en seulement 24 heures.

Depuis, de nombreuses expériences ont été menées sur différents cancers (prostate, intestins….), et jusqu’à présent elles ont toutes prouvé que l’artémisine bio combinée au fer détruisait sélectivement les tumeurs cancéreuses, ce qui a fait définir l’artémisine bio – par le Dr Len Saput -, comme « une bombe intelligente pour le cancer »

L'Artemisia annua bio : contre le palu... et le cancer

L’Artemisia annua bio : contre le palu… et le cancer

NOTA : Concernant le paludisme, les bio-ingénieurs Henry Lai et Narendra Singh, de l’Université de Washington, ont été les premiers scientifiques à expliquer que le parasite du paludisme ne peut pas survivre en présence d’artémisine bio, étant donné qu’il est très riche en fer.

Source : Healthy Food House

L’historique des travaux sur l’Artemisia annua bio
C’est à la suite des ravages du paludisme dans les rangs de l’armée nord-vietnamienne que Mao Tsé Toung a mis en route en 1967, en pleine révolution culturelle, le « projet 523 » (ainsi nommé parce qu’il a été lancé le 23 Mai 1967). C’était un programme secret de recherche sur le traitement du paludisme, basé sur l’étude des traitements de la médecine traditionnelle chinoise.

L’Académie de Médecine Traditionnelle Chinoise a confié cette recherche à l’un de ses membres, Youyou Tu, jeune pharmacienne âgée de 36 ans, dont le nom est resté totalement ignoré jusque dans les années récentes. Ce n’est qu’en 2005 que Youyou Tu a été associée à la découverte de l’artémisine bio, et qu’elle est devenue célèbre. En 2011, Youyou Tu a reçu le prestigieux prix Lasker DeBakey Clinical Research. Elle a rassemblé plusieurs milliers de recettes à base d’herbe ; elle a évalué 380 extraits de différentes plantes, parmi lesquelles l’Artémisia annua bio (ou Qinghao), qui était connue depuis très longtemps pour son efficacité pour traiter la fièvre récurrente.

Les premiers résultats obtenus par Youyou Tu ont été décevants, car les extraits étaient préparés avec de l’eau bouillante qui détruisait les composants actifs.

• C’est en 1971, en réalisant une extraction par de l’éther à basse température, qu’elle a obtenu des extraits qu’elle a testés en laboratoire sur des souris et des singes infectés par le parasite, avec une efficacité pratiquement de 100% (92% exactement). Après avoir vérifié sur elle-même l’innocuité de l’extrait, elle l’a testé « sur l’humain » au travers de 21 patients impaludés, qui ont été guéris à 90%.

• En 1972, elle a isolé une substance considérée comme l’élément actif de l’Artémisia annua bio, et lui a donné le nom d’artémisine bio (ou Qinghaosu, le suffixe su signifiant « la substance active »). Mais on peut encore noter que les premiers essais positifs avaient été faits avec de l’Artémisia annua produite dans la région de Pékin, contenant peu d’artémisine bio. Comme Youyou Tu désirait disposer de beaucoup d’artémisine, elle a ensuite utilisé de l’Artémisia annua bio provenant de la région du Sichuan, très riche en artémisine bio, avec des résultats cliniques identiques, ce qui suggère encore que la concentration optimale en artémisine bio n’est pas nécessairement la concentration maximale…

• En 1975, Youyou Tu a déterminé la structure de la molécule d’artémisine (sesquiterpène lactone).

• En 1979, la publication d’un article dans le Chinese Medical Journal fit connaitre l’artémisine bio.

• En 1981, le 4ème congrès du Groupe de Travail Scientifique sur la Chimiothérapie du Paludisme, sponsorisé par le PNUD, la Banque Mondiale et l’OMS, se tint à Pékin. L’artémisine bio devint connue dans le monde entier, et elle souleva l’intérêt des grandes firmes pharmaceutiques, qui produisirent les dérivés semi-synthétiques que l’on connait (artésunate hydrosoluble, arthémeter liposoluble…), aboutissant en 1986 à la mise sur le marché des premiers médicaments à base d’artémisine bio. Devant l’efficacité du produit, en 2004 l’OMS en fit la promotion à grande échelle, et recommanda son utilisation en association avec d’autres molécules « classiques » (les ACT, ou Artemisinin Combined Therapy).

• Enfin, en 2011, l’OMS recommanda l’utilisation de l’artésunate en monothérapie par voie intraveineuse au lieu de sels de quinine dans le traitement du paludisme grave de l’enfant.

Formes galéniques et mode d’utilisation
L’artémisine est présente surtout dans les feuilles, mais les flavonoïdes résident surtout dans les tiges de l’Artémisia annua ; il est donc préférable de prélever non seulement les feuilles mais aussi les tigelles de la plante pour faire la poudre ou la tisane.

Les feuilles d’armoise annuelle doivent pouvoir se trouver en herboristerie et peut-être en pharmacie – mais attention ! Ne vous laissez pas vendre de l’armoise commune qui a, elle, d’autres vertus.

En l’occurrence, il existe autour de 50 variétés d’armoise, dont certaines sont dangereuses.

– L’Artémisia annua en poudre est nettement plus efficace que la tisane ; c’est pour cela que je ne m’étendrai pas sur la formule infusion.
– Les feuilles avec leur tigelle, doivent être séchées à l’ombre dans un endroit aéré pendant au moins 5 jours. On les réduit ensuite en poudre fine avec un blinder.

La dose journalière est entre 500 mg et 1 000 mg, soit 2 à 4 gélules par jour

Il est possible de trouver facilement de l’armoise en gélules de 250 mg, mais c’est en principe toujours de la vulgaris – donc pas bon.

Vous en trouverez « de la bonne » en suivant ce lien

Le fer associé sous quelle forme ?
Celui-ci doit être facilement biodisponible. On peut choisir donc entre :
– Feralim de Lorica, Fer ou Ferryon de Catalyons, ou bien du bisglycinate ferreux.

Ultime solution : acheter des graines pour les cultiver
Les graines d’Artemisia annua sont très petites (plus de 10 000 graines par gramme) et il est conseillé de les mélanger avec du sable fin ou de la cendre (une cuillerée de graines pour 5 à 6 cuillerées de sable ou de cendre) avant de semer. Il faut semer fin avril dans une boite remplie de terre meuble et bien arrosée. Pour conserver l’humidité, on peut recouvrir le semis avec un plastique transparent.

Un repiquage en pots est nécessaire ; on le réalise lorsque le semis devient trop dense, habituellement 3 à 4 semaines après le semis, ou lorsque les plants atteignent 4 cm de haut, en repiquant chaque plant dans de petits pots (type pots de yaourt). Puis quand les plants ont atteint une hauteur de 15 cm, ou que 5 à 6 feuilles ont poussé, on peut repiquer en pleine terre.

Le repiquage en pleine terre se fait habituellement après 3 nouvelles semaines. Après avoir préparé la terre, on repique tout le contenu du pot, en espaçant suffisamment les plants (80 cm). Il faut arroser et désherber au début ; par la suite aucun traitement particulier n’est nécessaire. En France, la plante peut atteindre une hauteur de 1,5 à 2 mètres. Avec 5 g de graines on peut couvrir 1 ha.

La récolte des feuilles se fait à la fin du mois d’août.


[Total : 3    Moyenne : 4/5]

Nom latin: Artemisia vulgaris
Nom(s) vulgaire(s): Artémise, absinthe sauvage, couronne de saint Jean, tabac de saint Pierre.
Famille: Astéracées

Période de récolte: En juin et début juillet.
Armoise commune : Propriétés
L’armoise possède des propriétés vermifuge, anti-inflammatoires (1) et hypotensives (2). Elle peut aussi être utilisée (mais plus rarement) en cas de menstruations irrégulières et de troubles digestifs.
Armoise commune : Etudes scientifiques
(1) In vivo microvascular actions of Artemisia vulgaris L. in a model of ischemia-reperfusion injury in the rat intestinal mesentery, Xenia T. Tigno, Elinor Gumila, Clinical Hemorheology and Microcirculation, 2000
(2) Phytochemical analysis and hemodynamic actions of Artemisia vulgaris L. Tigno XT, de Guzman F, Flora AM. Clin Hemorheol Microcirc. 2000
Armoise commune : Histoire
Inconnue.
Armoise commune : Comment la reconnaître?
L’armoise est une plante herbacée qui peut atteindre 1,5 mètre de haut. Elle possède des tiges striées et des feuilles très découpées, duveteuses sur le dessous. Au bout de ses tiges se trouvent ses fleurs jaunes ou rouges, groupées en capitules.

ARMOISE COMMUNE BIO

ARMOISE COMMUNE BIO

Armoise commune : Parties utilisées
Les sommités fleuries.
Armoise commune : Posologie
En usage interne
Contre les troubles digestifs et les parasites intestinaux.
Infusion : 1 cuillère à soupe de plante sèche pour 15 à 20 cl d’eau bouillante. Laisser infuser 5 à 10 minutes. Boire 1 ou 2 tasses par jour.
OU
Gélules : 2 à 4 gélules par jours
Ou
Poudre : 2 à 4g par jour.
Ou
Teinture-mère : 30 gouttes dans un verre d’eau, 3 fois par jour.
Contre les règles douloureuses.
Infusion : 1 à 2 tasses par jour pendant les 8 à 10 jours qui précèdent les règles.
Ou
Vin : 20 g de plante pour 1 litre de vin blanc. Laisser macérer 10 jours. 2 verres (type «ballon») par jour pendant les 8 jours qui précèdent les règles.


[Total : 2    Moyenne : 4/5]

Plante médicinale contenant de l’artémisinine bio, une molécule antipaludique, utilisée principalement en Afrique sous forme de gélule pour soigner le paludisme (malaria) et le cancer.

 

Noms français: Armoise annuelle, absinthe chinoise
Nom scientifique: Artemisia annua L.
Nom anglais: sweet wormwood, Chinese wormwood
Nom allemand: Einjährige Beifuß
Nom italien: artemisia annuale
Nom portugais: losna-verde, artemísia
Nom espagnol: ajenjo dulce
Nom chinois: qinghao (青蒿)

Famille

Asteraceae (Astéracées)

Constituants

– Lactone sesquiterpénique: artémisinine
– Flavonoïdes
– Huile essentielle riche en monoterpènes

Parties utilisées

– Feuilles, plante entière

Effets

– Antipaludique, antifongique (huile essentielle)

Indications

Armoise annuelle – malaria cancer

En usage interne :
– Paludisme (malaria), cancer, dermatites (en médecine traditionnelle chinoise), migraine, fièvre, mycoses (en huile essentielle). Lupus (en médecine populaire)

En Afrique disponible sous forme de poudre ou gélule.Préparations – Sous quelle forme ? (formes galéniques)– Gélule (à base de poudre), comprimé d’armoise annuelle– Tisane d’armoise annuelle

Armoise annuelle biologique

Armoise annuelle biologique

Où pousse l’armoise annuelle ?

L’armoise annuelle est originaire de Chine, elle pousse dans les zones tempérées chaudes (source: Wikipedia.org). On trouve actuellement des cultures d’armoise annuelle dans d’autres régions que la Chine comme l’Europe et l’Afrique (ex. Madagascar).
C’est une plante mesurant de 80 à 150 cm de hauteur.Remarques– L’armoise annuelle est une plante traditionnelle chinoise utilisée depuis plus de 2’000 ans pour soigner plusieurs maladies, y compris le paludisme. Cette plante est aussi utilisée dans la médecine traditionnelle indienne.– Des études ont prouvé l’efficacité de l’armoise annuelle contre le paludisme.
Pour soigner le paludisme, l’OMS recommande toutefois de l’associer à d’autres traitements contre la paludisme, il faudra éviter une monothérapie en utilisant seulement de l’artémisinine bio.

Cette recommandation permet d’éviter les cas de résistances à cet antipaludique naturel.– Le 5 octobre 2015, le prix Nobel de médecine a été attribué à 3 chercheurs, l’un de ces lauréats était la Chinoise Tu Youyou qui a notamment travaillé pendant plusieurs années pour le compte du gouvernement chinois à la fin des années 1960 dans la lutte contre le paludisme. Ses travaux de recherche ont abouti à l’extraction de l’artémisinine bio, principe actif de l’armoise annuelle (Artemisia annua bio). Actuellement l’artémisinine bio est le seul traitement disponible dans des cas graves de paludisme. Mme Youyou a réussi à intégrer dans son travail des éléments de la médecine traditionnelle et de la recherche scientifique moderne.
Mme Youyou et son équipe ont analysé plus de 2’000 remèdes de la médecine traditionnelle chinoise (MTC) présentant un potentiel dans la lutte contre le paludisme. De tous ces remèdes, ils sont arrivés à 380 extraits de plantes qu’ils ont ensuite testé sur des souris. L’un de ces extraits s’est avéré un fébrifuge efficace lors des excès de fièvre provoqués par le paludisme. Cet extrait provenait de l’armoise annuelle (Artemisia annua bio). Mme Youyou et son équipe ont modifié le processus d’extraction et ont isolé, au début des années 1970, l’ingrédient actif de l’armoise annuelle à savoir l’artémisinine bio. Son travail a seulement été rendu public en 1977, après la fin des restrictions du gouvernement chinois.


[Total : 1    Moyenne : 5/5]

L’artémisinine bio, molécule issue d’Artemisia annua, semblerait efficace dans la prévention du cancer du sein…

Selon des chercheurs de l’université de Washington, cette plante médicinale, connue pour ses propriétés anti-malariques, a fait l’objet d’une étude in vitro, sur des cancers chimio-induits chez le rat. L’étude, publiée en janvier 2006 dans « Cancer letters » a porté sur des cancers induits par dose unique de DMBA, substance cancérigène connue pour induire des cancers multiples du sein.

40 % de cancers en moins
Les rats ayant reçu une supplémentation alimentaire avec de l’Artemisia annua bio, ont développé 40 % de moins de cancers que le groupe contrôle.
« L’artémisinine bio semblant dépourvue d’effets secondaires, même à forte dose, peut être un agent préventif intéressant », disent les chercheurs.

Cancer du sein et armoise

Cancer du sein et armoise

La toxicité de cette molécule
L’artémisinine bio entre en réaction avec le fer, dans le corps, et forme un radical libre qui attaque les cellules. Les cellules cancéreuses ayant un fort taux de réplication, contiennent une plus forte concentration en fer, et sont donc l’objet d’une attaque cytotoxique plus forte. Ceci explique la toxicité de cette molécule pour les cellules cancéreuses.

Processus identique
Le même mécanisme semble être l’explication de l’activité anti-malarique. Le parasite se nourrissant du sang et n’éliminant pas le fer, accumule le radical libre qui finit par le tuer.

Arsenal thérapeutique
L’ artémisinine bio fait actuellement partie de l’arsenal thérapeutique anti-malaria en Asie, Afrique et Chine. D’autres études doivent être menées pour connaître maintenant l’efficacité de l’artémisinine dans le cancer du sein chez l’humain.


[Total : 2    Moyenne : 3.5/5]

Mais quelles sont donc les propriétés de cette Artemisia bio ?

L’artemisia annua bio (ou armoise citronnelle) est utilisée par la médecine chinoise en tant que puissant remède au paludisme, maladie dont on ignore souvent qu’elle est la plus ravageuse de la planète, mais grâce à des chercheurs américains, on sait aujourd’hui qu’elle est aussi efficace pour guérir les cancers du poumon et du sein.

Armoise annuelle plante anti-cancer

Armoise annuelle plante anti-cancer

Dans le cas de ce dernier, il a été obtenu un taux de 75% de destruction du cancer après seulement 8 heures, et presque 100% en seulement 24 heures.

Depuis d’autres expériences ont été menées sur d’autres cancers (prostate, intestins…) et d’après le docteur Len Saputo, l’artémisine bio, combinée au fer, agit comme « une bombe intelligente contre le cancer ».

En effet, la revue américaine des Sciences de la Vie a récemment publié une étude de l’Université de Washington, menée par les Docteurs Narenda Singh et Henry Lai, portant sur l’artémisine bio, substance que l’on trouve dans l’artemisia annua bio, mettant en évidence qu’elle pouvait détruire rapidement près de 30% des cellules cancéreuses, et qu’en la combinant avec du fer, qu’elle pouvait, en 16 heures, éradiquer jusqu’à 98% des cellules cancéreuses.

Bonne nouvelle pour les malades, mais manifestement mauvaise nouvelle pour les laboratoires de Big Pharma qui préfèrent pour l’instant vendre très cher ses thérapies, plutôt que de promouvoir cette plante.


Liens conseillés : la baie de goji bio Himalaya - la poudre baobab bio - la baie d'açaï biologique - la mûre blanche - boutique biologiquement - l'huile de baobab bio - fleur de sel de Guérande - la racine de maca bio - la fleur hibiscus bissap - les fleurs de bach - l'aloe vera - les couples mixtes - la plante de stevia bio - les femmes nappy - le fruit du camu camu - le sel de Guérande - l'arbre du baobab - baies de cranberry bio - la feuille de menthe bio - le fruit de grenade bio - la baie d'aronia bio - la céréale de chia bio - le fruit de l'acerola bio - le fruit de maqui bio - le fruit de guarana bio - l'huile de jojoba bio - le café vert bio - la boisson de maté bio - le silicium organique - utilisation du chanvre bio - le thé de rooibos - l'huile d'argan - konjac bio coupe faim - le thé vert bio antioxydant - les antioxydants naturels - la baie de myrtille - le sirop agave biologique - la feuille de graviola bio anti-cancer - physalis peruviana - la racine de curcuma bio - la racine de ginseng biologique - la racine de gingembre biologique - le citron yuzu bio - le fruit de cupuaçu biologique - la baie d'arbouse bio - la vigne rouge bio pour la ciculation - urucum bio contre le cancer de la peau - le fruit de lucuma bio - les amandes biologiques - la cerise - le fruit de mangoustan bio - le thym antioxydant - levure de riz - le citron vert - les antioxydants naturels puissants - la papaye fermentée - le raisin riche en antioxydant - l'ortie bio riche en silice - la baie de sureau - le desmodium bio pour le foie - la feuille de moringa biologique - le goji de l'Himalaya - les baies de goji Himalaya - l'algue spiruline biologique - les antioxydants naturels puissants - la pulpe de baobab biologique - les protéine biologique - beurre de karité bio - le fruit de l'argousier bio - la poudre de baobab bio - la feuilles de ginkgo biologique - le goji biologique - le champignon reishi biologique - le transhumanisme - les sushis japonais - le fruit du baobab bio - les baies de goji biologique - la pharmacie biologique - le cannabis biologique - la marijuana biologique - les insectes comestibles - les prooxydants - la poudre de baobab biologique - le pain de singe baobab - les aliments antioxydants - le baobab biologique - biologiquement - le bouye jus de baobab - baobab.com - la tomate biologique - les insectes comestibles - le fruit du corossol - le fruit du baobab biologique - la feuille de graviola bio - le bambou bio - l'artémisinine bio anti-cancer - baobab.com - la feuille de corossol - un hamburger végétarien - la dhea naturelle - l'armoise anti-cancer - l'artemisia annua plante anti-cancer